Jour 3 : la magie du Tour de France

Direction Montauban !

 

jour 3

groupe

Depuis Lundi Matin, la caravane d’Osons Les Défis va à la rencontre du public. Un nombre important de camping-cars se masse le long des routes, toutes nationalités confondues.
Dans beaucoup de villages traversés, des décorations ont pris place sur les ronds-points ou les bas côtés.

Notre caravane traverse la France au rythme des cyclistes, ce qui laisse le temps de dire bonjour, donner un coup de clairon, distribuer des plaquettes expliquant les raisons et objectifs d’Handicols 2016. L’accueil est bienveillant et souvent emprunt d’une sincérité touchante.

Les pauses (ravitaillements et déjeuner) sont des moments privilégiés : nous investissons une place ou une aire de repos, sortons rapidement boissons et nourriture, notre caravane bariolée et bruyante attire inévitablement l’attention.

Ce matin, vers 10h30, nous sommes arrivés dans un tout petit village : SAINT-PARTHERN, 200 habitants, qui n’a jamais eu le passage du Tour De France auparavant. Pour l’occasion, ils ont sorti le grand jeu : des statues en papier de 3 mètres de haut, un barnum, des banderoles. Tout le budget du comité des fêtes a dû y passer, mais se faire accueillir par une cigogne, un poisson et un écureuil enfourchant un vélo, ce n’est pas banal.

oz

poisson

écureuil

oiseau

Forcément, nous avons stoppé le convoi, et improvisé un ravitaillement. Un premier monsieur arrive, nous discutons et le félicitons, puis Michel, sur son tracteur-tondeuse, entre en scène d’une belle manière, avec des bretelles, un chapeau de paille « France Bleu Béarn » et, surtout, un large sourire.

En 2 minutes, nous apprenons que c’est lui qui a peint les animaux géants, qu’il vit ici depuis 7ans. Nous lui expliquons pourquoi nous sommes ici, il nous répond qu’il a entendu parler de nous, et c’est parti pour 30 minutes magiques.

On est juste bien, assis sous le barnum, en bord de rivière, à discuter tranquillement.

Cela fait du bien une bonne bouffée d’Hélium.

rdv 2

rdv

café